samedi 17 octobre 2020

La Doline du "N'importe Ou" avance dans le bon sens

Encore une belle séance à la doline,Les participants sont Papi, Cath, Baptiste et Pierre.

Le sol descend de 20 cm, on doit être proche de 1.20 m maintenant car Baptiste doit grimper pour  ressortir et faire le toboggan pour descendre.

Du coté droit du fond de la doline non décaissée un petit vide laisse passer un bras puis un bras plus le pied de biche... fichtre... en ouvrant ce petit secteur a l'horizontal nos arrivons a sortir 2 gros blocs de cet espace et Oh surprise... au dessus de ce trou, Il n y a que des blocs jusqu'au fond initial de la doline qui ne doit avoir que 20cm de terre. Bref on a choisi de creuser là ou il y avait le plus de terre. Dans ce petit trou ou baptiste rentre entier nous voyons que la terre est sèche et meuble. Sur la droite un genre de cupule descendante comme un paroi et le talus de terre qui suis.

Fin de journée excitante a mettre toute cela au propre, car en plus un petit flux d'air nous a motivé pour continuer. Nous devons avoir sorti environ 3 a 4 m cube de terre.

Quand revenons nous... vite vite..

 



dimanche 11 octobre 2020

N'importe où

 Le 10 octobre 2020

Désob à la doline du « N’importe où »

Papi, Cath, Lydia et Cordélia

RV à l’aube, vers 11h30, du côté de l’aven de la Forestière. Après une visite guidée par Papi-Cath des

4 dolmens du coin (belle bêtes), nous attaquons… le pique-nique !

Ce « N’importe-où », ce n’est pas n’importe quoi. L’endroit est magnifique, recouvert de mousses

vertes. Le rocher plonge et le trou béant s’ouvre (presque) sous nos pieds…

Papi installe la tyrolienne et se met au dur labeur des seaux (voir photos ci-jointes), tandis que la

gente féminine creuse. Ambiance zen ça gratouille. Lydia du haut de ses 8 ans ne fait même pas de

pause goûter : elle creuse et creuse… une vocation est née ?

Au final, le trou laissé par Noé est aplani et nous avons bien descendu sous la strate. Après, on le

sent, ça plonge ! Papi en est tout décoiffé de la barbe !

Donc ce n’était pas la dernière séance : il faudra y revenir : allez les jeunes recrues, on vous attend !









La génération Montante ou descendante

Nous voilà en famille ce dimanche pour une sortie jeunes au Chasserou.

Les participants sont, Pierrot, Maud accompagnée de Tristan et Mona, Lisa accompagnée de  Ange et Aloïs, Pierre accompagné d'Ellaïs et Baptiste

Le RV a 11h permet a tout le monde d’être à l'heure, les jeunes enfin équipés, c'est au tour des adultes. La montée s’opère a vitesse grand V sans ronchonnage vu l'émulation des troupes heureuses d'aller sous terre.

Petit pic-nic dans la salle d'entrée, déshabillage bien entendu pour le dernier pipi second habillage ! ! ! et c'est parti, Pierrot et Lisa équipent, 

Ah non c'est pas encore parti, Pierrot nous invente le jeu de la main courante pour pratiquer le mousquetonnage, après un tour tout le monde est au point zou...

Pour la descente on voit de tout, accroché sous papa comme un kit pour Baptiste, en autonomie ou avec moulinette pour d'autres. La main courante autour du puits, laisse de belles impressions a certains.

Après moult va et viens, Maud s'écrie enfin "Je l'ai retrouvé ! ! !" Il était temps car on a failli ressortir sans voir le pot au feu de nounours. Nous voilà donc tous agglutiné en mode "COVIDISDEAD" dans la petite salle terminale. 

Remontée avec hissage des plus jeunes, et première fois au jumar pour d'autres. Un bon gouter dans la salle d'entrée et retour aux voitures a 16h30 environ. Une bonne ambiance et un chouette sortie.




mercredi 30 septembre 2020

Gratouille a la Doline du "N'importe Ou"

Étaient présents et actifs, par ordre chronologique décroissant : Catherine, Papi, Pierre G., Noe, Ellais, Baptiste.

Un RDV à 11h30 permet à tout le monde d'être à l'heure permettant même de montrer à Noé une autre désob démarrée dans le même secteur.
Installation vite fait d'une petite tyrolienne et zou, c'est parti. Première couche avec chignons de racines: de la terre sur près de 40 cm, vite attaquée au piochon, à la pelle-bêche, à la fourche-bêche, mais pas de pimbêche ! Et tout ça évacué rapidement par la tyro.
Et là, Noé perçoit un courant d'air, du coup, ça l'énerve, ça le stimule et il attaque à la massette, au burin et en vient au pied de biche et nous extrait, tel un dentiste mastodonteux, quelques blocs de pas mal de kilos. Good, plus bas, on va avoir des blocs encore plus gros, avec du vide et après...
En deux séances on a dû descendre de pas loin d'un mètre. Bon, d'accord il y a encore du taf, mais c'est plutôt agréable, en plein air, dans les bois. 
Je ne saurais que trop vous recommander ce genre d'expérience  bonne pour la santé, les poumons et le rêve !!!
En PJ des photos lors de la "découverte", après la première séance et après la deuxième et dernière : jugez de l'avancement...
 



 

samedi 12 septembre 2020

Au N"importe Ou" avec les Gratteux

 Petite session a l'ombre, de démarrage d'ouverture de la "doline du n'importe ou" en famille, avec Papy, Cath, Ellaïs et Baptiste.

Mise en place du chantier, on a trouvé de belle cannelures qui semblent se refermer pour former un arc de cercle serait ce un puits !. C'est définitivement un joli point d'absorption. Chantier assez facile avec les binettes, piochons et seaux (je ne parle pas des mômes...), les enfants se régalent  entre remplir des seaux, trier les cailloux et lire en regardant les autres bosser. 
On a pas encore réussi a prendre le même chemin pour l'aller que pour le retour mais bon ça ne saurait tarder.
Va qui veut là bas pour bosser.
 

 

mercredi 9 septembre 2020

fontaine du Vedel

 Bon ça faisait longtemps qu'on voulait la faire Maud et moi cette fontaine ! Une traversée aquatique à Banne, pas beaucoup de marche d'approche !

On profite d'une journée Childfree en commun et on amène le bon Noé, car il nous faut un Orientateur hors du commun !

Je prépare bien mon coup en rentrant les coordonnées GPS et en photocopiant le bouquin: "à travers le karst" du bon Fabien Darne

On se gare donc au bon endroit et on décide d'y aller en short tong en portant les sacs, on se changera à l'entrée ! Idée de génie !!!

En suivant le descriptif on descend le GR jusqu'au Granzon puis on cherche, on cherche, on cherche. On fini par trouver la sortie et c'est mon pointage GPS. Petite vérifications sur le bouquin de DARNE, les coordonnées GPS de l'entrée et de la sortie sont les mêmes mis à part les Z avec 20 m de différence... étrange pour une traversée? Bon on lui laisse le bénéfice du doute, Noé me pousse au cul en me disant "mais si l'entrée doit être juste au dessus". Je décide donc de couper droit dans la pente en tong à travers la garrigue piquante direction 20 m au dessus. Après 20 minutes de bartasse, je décide d'appeler à l'aide le dieu internet et je fini par tomber sur le site de Mathieu Morverand qui me donne les bonnes coordonnées pour l'entrée. Entrée qui se trouve à 800 m à vol d'oiseau.

MERCI FABIEN DARNE !

Au bout d'une demi heure supplémentaire nous trouvons enfin l'entrée et pouvons attaquer la traversée

Noé et moi prenons seulement nos bas de Néop et Maud qui craint d'avoir froid mets aussi le haut.
L'entrée est un petit boyau qui débouche sur une MC en place puis sur un puits équipé en rappelable (P6)
Tout de suite après on enchaine sur un puits en diaclase (P10). Une étroiture bien sympatoche suit avant une belle galerie en trou de serrure. Au bout de celle ci, on descend entre des blocs (nous sommes descendu trop tôt et la remontée fut un peu merdique) puis on enchaîne avec une longue galerie entrecoupée de passages resserrés. Au bout de celle ci on trouve enfin l'eau. Maud a chaud, très très mais alors très chaud ! Oubliez le haut de néop dans les rampings !!!!
On arrive enfin dans la rivière et là c'est super chouette avec de la nage, des passages avec peu de revanche ou il faut plonger (10cms max) bref du très fun.

Il faut compter 1h15 de traversée
Une excellent sortie ! 


Ben

Aven Chazot (ou la patience et le gaz)

Le 24 août 2020, rendez-vous pour Quentin, Noé, Benoit et moi (Audrey) vers 19h30 à la première
aire d’arrêt entre la Grotte Chauvet 2 et Vallon Pont d’Arc, direction Vallon.
Tout le monde s’équipe et c’est parti pour une marche d’approche d’environ 30 secondes. N’ayant
personnellement pas fait de sortie depuis des mois, il est décidé que Benoit équipe, que je suive, Noé
derrière pour me surveiller et Quentin ferme la marche. J’ai la charge du détecteur de CO2 à regarder
régulièrement.
Tout commence bien, Benoit commence à équiper et à descendre. Pendant ce temps je révise un
peu. Sentant que ça va être long avant qu’il puisse commencer quoi que ce soit, Quentin va chercher
ses clopes. Il doit être devin, parce que dans le premier puit, les témoins ont pu entendre une
débutante dire en descendant « oh les jolies concrétions ! Et merde !... Je suis descendue trop
bas ! ». Avec toute la patience du monde, Noé me guide pendant mon combat avec le col de cygne
qui a dû durer longtemps. Assez longtemps pour que Benoit équipe, descende le second puit, ait des
problèmes de frontal et nous lance un appel pour savoir si on est toujours en vie. En remontant
Benoit nous lance un « ça pu là-dedans ! ». Je pense à l’histoire du cadavre du chien (que nous
n’avons pas croisé d’ailleurs) mais pas à ma respiration plus proche du bœuf asthmatique que de
l’humain. Erreur, Benoit est également essoufflée et me demande de regarder la valeur de CO2 :
entre 4.36/4.50% après plusieurs mesures. Et c’est parti pour la remontée ! Qui m’a, soit dit en
passant, perçue bien plus facile que d’habitude.
Entrée vers 20h, sortie vers 21h45 et Quentin avait déjà quitté sa combinaison. Le pauvre a suivi les
péripéties d’en haut s’en avoir pu descendre. La légende veut que ce soit la deuxième fois que l’aven
lui refuse l’entrée. He will be back…


Audrey 

mercredi 19 août 2020

9 gorges

 CR du 16 août 2020
Les 9 gorges
TPST : longtemps pour profiter du frais
Mick, Camille et Cordélia
Sur une suggestion de Camille, nous voilà partis pour une petite sortie de l’après-midi. RV à 14h au
col de la Forestière. Un peu de camion et une courte marche d’approche et nous sommes en haut
des 9 gorges… combis enfilées, fait chaud… Camille s’y colle et équipe tranquillement et surement.
On descend sous la lumière au milieu des mousses. La fraîcheur arrive. A mi-chemin, on change
d’équipière. A mon tour de m’y mettre (avec une belle fatigue de ma soirée de mariage de la veille, je
rame un peu !). Mais c’est sympa, ça me plaît. Et puis notre président, il a le truc pour montrer les
nœuds et la logique de l’équipement, un vrai pédagogue… on l’appelle parfois maître Yoda figurez-
vous ! Il faut dire aussi que cette cavité est nickel pour débuter : des broches qui se suivent, une vraie
visite guidée… Un petit tour au fond (pas de CO2) pour voir la signature de de Joly et nous voilà en
haut pour retrouver la chaleur et des petites boissons fraîches !